Partagez | .
 

 Vadrouille et rencontre ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Vadrouille et rencontre ...   Lun 10 Juin - 20:40

J'étais réveillé de très bonne heure, le soleil pointait seulement le bout de son nez et l'idée de profiter pleinement de la journée qui s'annonçait chaude me titillait depuis un bon moment, de plus ça fait une éternité que je ne suis pas descendu jusqu'au village.

Il me faudrait récupérer quelques marchandises qui s'étaient lentement mais surement fait rare. A cette pensée j'avais attrapé une boîte métallique et souleva machinalement le couvercle, le café qui restait à l'intérieur ne me permettrait pas d'aller très loin, à peine de quoi m'en faire un et encore.

Je pris le fond de café et le versa dans un tissu que j'attachai à l'aide d'un élastique sur le dessus de ma "cafetière" qui n'était autre qu'une cruche avec un bec verseur .
J'allumais un petit feu juste pour faire chauffer mon eau et à moitié la tête dans la brume, je me frottais les yeux tout en baillant a m'en décrocher la mâchoire. Allez, debout la dedans me dis-je, mon regard hagard, se déposa comme la brume du matin sur le feuillage de la forêt environnante.

Bon sang, je suis vraiment à côté de mes pompes, je versais l'eau frémissante sur le reste de café qui s'écoula à travers mon filtre de fortune. Je fouillai dans une autre boîte ... deux sucres ... la vache, c'est la misère. On dirait un érémiste qui s'aperçoit qu'il n'a plus de tune deux jours après la paie, partie dans l'alcool bon marché, prêt à faire crédit à la première bon âme venue.

D'un mouvement souple du poignet, je laisse glisser ma maigre pitance sucrée dans le fond de ma tasse qui attend patiemment que j'y verse mon nectar brulant matinal. L'eau noircie par le café, fait fondre le sucre, que je continue à voir malgré que le niveau est plus haut que celui-ci. Quelle lavasse ! Pouaacck ! c'est infecte, je me suis brulé la lèvre et comme une andouille en reposant ma tasse je l'ai mal déposé et me suis ébouillanté à moitié les orteils.

Je peste, je râle et me passe de l'eau froide sur mes petons, histoire de soulager.
Le soleil était levé maintenant, idiot pensais-je, t'as tellement trainé a te réveiller que tu ne profiteras encore de rien. Je me hâtais donc de prendre mon sac à dos des grand jours en le bourrant des peaux que j'avais soigneusement tannées. J'en profitai pour embarquer mon matériel de pêche et mon arc au cas ou histoire d'arrondir mes trocs au village.

J'enfilai mon short et un T-shirt, pris mon sac et sorti de chez moi, je referma soigneusement mon entrée de feuillage et me mis en devoir de descendre sans plus tarder vers le sentier en contre bas.

Chemin faisant, j'attrapai quelques fruits bien juteux et doux. Ca me donna ce qu'il me manquait pour booster un peu mes forces et enfin démarrer cette journée. La forêt était très calme , comme je l'aime avec juste de temps à autres mes voisins les plus direct qui chahutaient quelque peu.

Un perroquet s'envola plus loin lorsqu'un macaque sauta d'une branche à l'autre avec une aisance qui m'aurait presque rendu jaloux. Comme pour lui montrer de quoi j'étais capable d'un bond je m'accrochai à une branche et me hissa, quelques cabrioles à travers les branches et d'arbres en arbres plus loin, je m'arrêtai enfin, le visage illuminé comme un gamin à qui on aurait autorisé de construire un cabane dans les arbres.

Les fruits m'avaient définitivement donné de la pêche, d'ailleurs il m'en restait une que je croquais goulument. Allé trêve de plaisanterie, j'allais pas rester là-haut éternellement.

Alors que je m'apprêtais à descendre de mon point de vue d'aigle... une silhouette se dessinait au loin sur le bord de plage... J'étais déjà si près du village ? Je tournais la tête dans l'autre direction et à travers le feuillage devina la forme caractéristique des toits des cases. J'espère que c'est un villageois...

Je retournai ma tête dans la direction de la silhouette qui avait l'air plus de prendre du bon temps que d'être afférée à travailler. Il fallait que j'en ai le cœur net. C'est que les touristes moi, moins je les côtoies , mieux je me porte.

Avec une agilité qui aurait foutu la gerbe à un moine shaolin, je descend et me précipite a travers le feuillage de moins en moins dense. Faisant mine d'aller pêcher, je me glissais subrepticement jusqu'à l'eau, l'air d'être dans la flotte depuis des heures. Continuant de surveiller du coin de l'œil les allées et venues de l'inconnue, je lançai ma ligne avec un air détaché...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gin Wilson
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
avatar

Messages : 20917
Cash : 26127
Emploi/loisirs : Pilote d'hélicoptère
Statut : Célibataire indisponible
Localisation : Peut-être derrière toi ...
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Mar 11 Juin - 9:10

Bip Bip Bip, une main brutale se jeta sur le réveil, le bruit cessa immédiatement. Un long grognement, puis une paupière se souleva, l’autre suivit derriere. Gin s’étira dans ce grand lit, qu’elle utilisait seule. Elle jeta un bref coup d’œil a l’heure qui lui indiquait ce misérable boitier noir qui venait de la réveiller.
5 h 45… Ses yeux s’écarquillèrent pour laisser place a la rage.


- Non mais c’est une blague !!! arghhhhhhh !!!!

Gin avait enchainé les gardes a la caserne et la veille elle était rentré plutôt tard. Une pièce de l’hélicoptère qu’elle avait dû changer et qui lui avait donné du fil a retordre. Trop crevé de sa journée, Gin était passé par la case cuisine et salle de bain en une demi-heure a peine avant de s’étendre comme une larve sur ce lit qui lui tendait les bras. La seule chose qu’elle avait omis de faire c’était d’enlever l’alarme quotidienne de son réveil. Autant dire que ça nous l’avait mise de mauvaise humeur pour une bonne partie de la journée… enfin comme d’habitude quoi. Elle flemmarda un moment dans le lit, se tournant dans tous les sens pour tenter de repartir dans les bras de Morphée.

*Ouh que ça m’agace*

N’y tenant plus elle se leva. Maintenant qu’elle était réveillée autant en profiter et faire quelque chose d’utile dans sa journée. En un rien de temps elle se retrouva a baigner des tartines beurrées dans le chocolat chaud, et a réfléchir au programme de la matinée. Son regard s’illumina en posant les yeux sur son aquarium. Le décor méritait d’être changé, Gin en avait marre de ces pierre de lave. La roche volcanique offrait quelques cachettes mais pas assez pour certains poissons territoriaux. Un peu de changement ne ferait pas de mal et les petits occupants du 200 litres ne s’y trouveraient que mieux. La mission c’était de trouver de belle racine de bois flotté, mais attention pas une comme celle que l’on trouve dans les commerces. Une assez grande qui offrira de nombreuses cachettes pour les alevins.

Salopette en toile beige, bretelle attaché sur l’épaule l’autre également attaché mais qui retombait ballotante sur ses cuisses nues, et maillot de bain en dessous. Mieux valait prévoir. Les cheveux a peine plus arrangés qu’au saut du lit. Gin n’était décidément pas prête a abandonner son look de baroudeuse. Le sac a dos sur ses dorsales et elle se retrouva rapidement sur le sentier qui menait a la plage.
Elle enleva ses tongs et plongea ses orteils dans le sable fin encore frais de la nuit passée. Elle en apprécia la sensation respirant a plein poumon la quiétude qui régnait sur le paysage. Personne aux alentours, un jogger venait juste de passer, des traces de petites foulées restaient encore dessinées sur le sable humide. Sur Heavenly la plage n’était pas grande en largeur, la végétation luxuriante qui s’y mêlait aux abords en faisait un petit coin de paradis. Rien a voir avec les plages touristiques qui ne sont faites que de sables sur plusieurs kilomètres.

Elle s’attaqua a sa quête. Ratissant le sol fouillant avec ses pieds, sans pour autant trouver ce fameux trésor. Du bois flotté ce n’était pas ce qu’il manquait, mais la racine tant recherché rester pour le moment introuvable. Elle se retourna, surprise par l’immense carrure d’un pêcheur. Comme si il était arrivé par magie , d’un coup d’un seul. Persuadée qu’il n’était pas la, la minute d’avant.
* Il est la depuis quand celui la ?* méfiante elle le scruta un moment, Il avait fait bien vite pour sortir sa canne a pêche et arriver dans l’eau. Gin détourna la tête lorsque celui-ci jeta un coup d’œil dans sa direction. Elle se parla a elle-même :

- Qu’est ce qu’il a lui ? il veut ma photo ???

C’était quoi ce jeu de se surveiller mutuellement sans rien laisser paraitre. A force de jouer au détective privé, Gin en oublia sa quête, faisant mine de toujours fouiller le sol, elle donna un grand coup de pied dans le sable, sans regarder bien sur contre quoi il allait s’écraser .Elle hurla et s’empara de son pied tout en sautillant comme un oisillon n’arrivant pas a voler.

- Ouille Aille bordeleuuuh !!! Mais qui a eu l’idée de foutre une pierre ici !!!

Le gros orteil en choux fleur, elle avança tant bien que mal jusqu’à l’océan. Elle plongea ses membres inférieur dans l’eau fraiche. La pierre avait bien râpée, un léger filet de sang s’évanouit dans la nature, laissant a la place une peau plus clair la ou le vernis avait était enlevé. Juste quelques égratignures, mais qui avait fait un mal de chien. Gin se rappela alors la cause de l’incident. Elle ne s’était même pas aperçut qu’elle s’était rapproché de lui. Une dizaine de mètres a peine les séparaient. Lorsqu’elle leva les yeux sur lui, il se détourna. Gin ne put s’empêcher de meugler :

- Cétait drôle ??? le spectacle t’a plu ???


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Mar 11 Juin - 18:33

J'avais tellement été vite que j'avais oublié de mettre un appas au bout de ma ligne... mince, j'ai pas l'air con.. . La jeune femme m'avait lancé un regard ou deux, sans doute devait elle se demander d'où j'étais sorti et mine de rien cette donzelle au look très spécial s'était rapprochée à une distance qui me dérangeai déjà, mais bon quoi, merde, j'étais un homme et tout ce que j'espérai, c'était qu'elle n'engage surtout pas la converse et passe son chemin.

Elle shootait le sable, j'avais envie de lui dire que ce serait mieux avec un ballon mais ne voulant pas discuter, je me contentais de la surveiller du coin de l'œil. Elle en fit de même et poussa une gueulante qui me fit sursauter du au fait qu'elle venait de se péter le pied sur une pierre. De plus elle gueula dans ma direction

- C'était drôle ??? le spectacle t’a plu ???

Tout se passe tellement vite que dans un mouvement brusque ma ligne sort de l'eau, l'hameçon vide va se planter dans un de mes doigts de la main gauche et déséquilibré, je me retrouve le cul à moitié dans la flotte et dans le sable .

Je lance un regard tout rond à la femme, tente un demi sourire, puis me rend compte que l'hameçon est planté plus loin que l'ardillon et que mon index pisse le sang comme si j'avais ouvert un robinet à fond. Bordel, j'ai pas l'air con et cette harpie furieuse me regarde comme si j'étais la dernière attraction touristique à la mode.

Je sectionne le fil d'un coup de dent et dépose ma canne à pêche au sec, je donne un coup sec pour ramener les pieds sous mes fesses et me rétablir en position debout.

'ia ora na

Je viens de saluer la femme et fait mine de me désintéresser d'elle. Je recule de quelques pas et m'assois sur un rocher non loin de là, me charcute le doigt avec énergie, à l'aide de mes dents, histoire de couper la peau et faire ressortir l'hameçon, faudrait pas que ça s'infecte non plus.

Dans un accent à couper au couteau je me retournai soudain vers la femme qui ne devait pas s'y attendre et cria

Cétédrôll ? Spictacl ta plou ?

Reprenant comme si de rien n'était, je fini le boulot et arrive à recracher l'hameçon dans la flotte. Je déchirai un bout de mon T-shirt et me fis un bandage provisoire. J'étais en plein délire c'est pas possible, me faire accoster de la sorte et me retrouver dans une position humiliante au possible. En plus c'est qu'avec tout ça j'étais pas en avance pour vendre mes peaux au village. Je replie ma canne maintenant inutile et récupère mon sac à dos. Et maintenant, comment briser cette situation ? Vas-y Manoa réfléchis ... le vide sidéral ... je devais certainement avoir un air pitoyable et pris de court je passa ma main dans mes cheveux avant de réajuster mes colliers.

Je fis mine de m'avancer mais ma rencontre matinale bloquait le passage, pas qu'il n' y ait pas de place pour passer à côté mais c'était justement ça qui m'embêtait, passer à côté, pour me rendre au village qui était même pas à 500 m d'où nous étions.

En m'avançant, je remarquais seulement que la jeune femme ne s'était pas raté elle non plus et que son pied avait l'air bien mal en point. Pris de remords ou de je ne sais quelle sensation et bien que je détestais au plus au point toute relation humaine, je me dis que j'étais en partie responsable de ce qui était arrivé.

E aha te huru ? ... euuh je réfléchissais cherchant mes mots, si elle avait encore un doute, la femme devait me prendre pour un crétin fini, perdu sur une île dont il ignore le nom et qui plus est devait avoir plus de muscles que de matière grise. Toua mal ?

Bon sang, quel accent horrible, on dirait que j'ai mâché un oursin pas frais et que j'essaie de parler en l'ayant encore en bouche. Hmmm délicieux, manquerait plus que je montre mes bonnes manières pour littéralement, ne plus laisser de doute et convaincre une bonne fois pour toute que: Oui, très chère, vous êtes l'heureuse personne qui a découvert le chainon manquant, en vie qui plus est.

J'avais envie de m'éclipser à l'autre bout le l'île comme par magie, pourquoi j'étais descendu ? je pouvais pas la laisser faire son ... j'en sais trop quoi en plus... Une pensée supplémentaire me traversa l'esprit: "Manoa, t'es une grosse truffe ! ".




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gin Wilson
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
avatar

Messages : 20917
Cash : 26127
Emploi/loisirs : Pilote d'hélicoptère
Statut : Célibataire indisponible
Localisation : Peut-être derrière toi ...
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Ven 14 Juin - 17:42

Une poisse légendaire s’empara de lui,  et devant la scène cocasse, Gin ne put s’empêcher de retrouver le sourire. Faut dire qu’il y avait mis du sien, se planter un hameçon et tomber le cul dans l’eau en l’espace d’une demi minute, c’était quand même du haut niveau. Tous deux ne jouaient pas dans la même cour. Alors quand il la salua, elle imita un salut militaire avant de tourner la tête et éclater de rire.
 A coup sûr c’était lui, La fameux Tetehu, celui qui vivait en ermite dans la forêt tropicale. D’ailleurs elle avait entendu toute sorte d’histoire a son sujet. La plupart avait était inventée, certainement pour faire mousser les narrateurs. Gin ne l’avait encore jamais vu de ses propres yeux et l’image qu’elle s’était faite de lui ne correspondait qu’a moitié au bonhomme. Certes, il était fort imposant et impressionnant de par sa carrure et sa taille, mais ce n’était pas non plus un géant comme beaucoup l’avait décrit.

Lorsqu’il répéta la dite phrase que Gin lui avait balancé sous la douleur. Elle s’arrêta instantanément de rire. Elle se tourna vers lui en lui balançant son regard noir dont il valait mieux se méfier.
* non mais  J’y crois pas Il se fout de ma gueule Fred Pierrafeux*
Gin  connaissait bien le dialecte de l’ile, elle y avait vécu toute sa vie. Ou du moins elle comprenait  les expressions après a le parler  couramment non. Seul les anciens et quelques personnes y tenant plus que tout continuaient de le parler. On aurait pu penser que sur Heavenly  beaucoup de gens auraient étaient plus proches de leurs racines mais il faut croire que l’ile touristique  d’a côté  avait un peu trop modernisé la civilisation. Elle lui répondit instantanément.

- E mea maitai au.

Mais lorsque le père Pierrafeux formula une nouvelle question, limite en se déformant la mâchoire, Gin le regarda et en bloqua jusqu’à sa respiration pour ne pas exploser de rire sous son nez. Elle serra les dents, mais ses yeux commencèrent a la trahir  ses pommettes remontèrent, elle ne put cacher plus longtemps un sourire.  Et pour continuer dans le même charabia que lui, elle lui lança :

- Non cha woua miou  et toi Toua Mal ???

 Il fallait juste espérer  que le grand Barraqué ne le prenne pas mal, parce qu’une gifle du bonhomme ça devait te retourner le cerveau bien comme il faut et te faire dormir de longues heures. Gin se rapprocha voulant jusqu’à jeter un coup d’œil à sa blessure, le pansement de fortune s’était déjà imbibé de couleur rouge. Elle lui tendit la main pour qu’il fasse de même. L’atmosphère sembla changer aussitôt, se gorgeant d’électricité. Elle recula, voyant qu’il était loin de vouloir se laisser tripoter par une inconnue. Gin aurait certainement agit de la sorte si cela avait était l’inverse. Elle aussi avait déjà subi ce genre de mésaventure avec sa frangine, mais l’hameçon n’était pas rentré aussi profondément dans la chair, elles en avaient eu un fou rire un long moment d’ailleurs.
Elle se rappela qu’avant les péripéties du grand bonhomme, elle l’avait trouvé un tantinet louche. Son arrivée dans l’eau avait était bien trop rapide a son gout. Gin l’observa. Pas de filoche, seulement son sac a dos et sa ligne. Bizarre, a moins qu’il ne pêche que par plaisir et qu’il relâche toutes ses prises, étrangement, elle doutait de cette option. Et pour enlever tout soupçons elle lui posa cette question qui la taraudait, espérant qu’il comprendrait un minimum de mot :

- et sinon la pêche a était bonne ???





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Sam 15 Juin - 11:55

La jeune femme s'était éloignée le sourire au lèvres, il est vrai que j'étais loin d'être à mon avantage depuis les dernières minutes, le cul trempé, le doigt en sang et un accent à couper au couteau. Bonjour l'approche, moi qui n'aimait déjà pas ça, je me sentais encore plus ridicule mais je tâchais de ne rien laisser paraitre. Puis me rendant ma monnaie de ma pièce pour avoir répété sa phrase, la miss au teint halé se retourne sur moi.

Non cha woua miou et toi Toua Mal

Nochawamiuhétouamal  ? la pauvre ! elle doit avoir la mâchoire fracturée pensais-je, puis son air goguenard, la trahi. Bien joué, je pouvais que m'incliner. J'étais ravis déjà qu'elle ait su me répondre dans ma langue pour me rassurer sur l'état de son pied.

Je la regarda un moment, la bouche entrouverte laissant la blancheur de mes dents illuminer mon visage laissant échapper un petit rire étouffé. Pour sur,  la femme avait du caractère et un répondant qui m'avait plus. Cependant c'est pas pour autant que je lui avait ouvert la porte à trop de familiarité et lorsque qu'elle s'approcha de moi la main tendue vers ma blessure, le naturel revint au galop et machinalement , je refermais la main et ramena celle-ci sur  ma cuisse.

A croire qu'elle comprit immédiatement ma gêne car elle n'insista pas, laissant trainer son regard sur mon matériel et changea du tout au tout la conversation.

et sinon la pêche a été bonne ???

Hein ? quoi? elle m'a vu manger depuis mon perchoir ? comment sait elle que j'ai mangé une pêche ?

Oui, bien juteuse.  Si, tu veux, continue chemin. Droit, jusque arbres, puis tourne rocher derrière, toi trouver. très bon pêche.

Je pris mon sac et me dépêcha de partir laissant en plant la femme qui me regarda m'éloigner du moins c'est l'impression que j'avais, comme si son regard pesait des tonnes sur ma nuque, pressant le pas, j'arrivais au village et fis mon troc contre tout ce dont j'avais besoin, J'en profitai pour me reprendre un T-shirt ainsi qu'une ceinture avec plein de rangements. Je me dis que ça me serai utile. Au final, je repartais de là avec plus de choses qu'à mon arrivée et mon sac pesait le double du poids.

Contre toute attente, la belle n'avait pas bougé ou du moins semblait être restée sur place.

J'avais pas le choix, il fallait que je repasse non loin d'elle. J'avais l'impression que je l'intriguai, faut avouer que mon look ne passait pas inaperçu, puis grand comme j'étais c'est pas sur une plage toute plate que je suis le plus discret. Plongé dans mes pensées, je me dit soudain que j'avais manqué à tout les devoirs, je ne me suis pas présenté... Elle non plus d'ailleurs.

Je m'arrêtais à sa hauteur, déposa mon barda.

hé ! Vahiné !
Manoa !


au moment où je déposai ma main sur mon torse pour me présenter, je senti le liquide chaud couler, ma blessure continuait de laisser s'échapper le sang. J'entrepris donc de renouveler mon pansement de fortune avec un nouveau bout de mon T-shirt déjà arraché.  Comme rencontre, j'avais fait fort et je me demandais si la curiosité suscité chez la femme relevait plus de voir la suite au cas où je ferai une nouvelle boulette ou si c'était plus de l'inquiétude. Je me mettais à sa place, me disant qu'elle devait avoir une petite voix intérieur qui lui disait...." Hééé, barre toi à toute jambe !  Ce gars crains à max !"






Dernière édition par Manoa Tetehu le Dim 22 Déc - 18:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gin Wilson
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
avatar

Messages : 20917
Cash : 26127
Emploi/loisirs : Pilote d'hélicoptère
Statut : Célibataire indisponible
Localisation : Peut-être derrière toi ...
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Jeu 4 Juil - 18:04

Gin le regarda en plissant les yeux  après qu’il lui ai indiqué le meilleur endroit de pêche. Elle secoua la tête et prit une profonde inspiration. Au cas ou il n’aurait pas fait attention, Gin n’avait aucun matériel de pêche sur elle. Qu’elle ne fut pas sa surprise, lorsque la montagne de muscle s’éclipsa tout aussi vite que la manière dont il était arrivé. Gin le regarda s’éloignait. Il etait déjà hors de vue mais elle ne put s’empêcher de crier  :

- Bon... ben ...salut, on s'appelle ? on se fait une bouffe !  


Un rictus s’empara de ses lèvres. Le bonhomme avait  animé sa curiosité. Il était impressionnant  mais paraissait dans un monde bien a lui, et puis il faut dire qu’il était un brin malchanceux. Le tout mélangé, donné un personnage plutôt comique.
Gin continua ses recherches, et trouva enfin la racine qu’elle s’était imaginé. Elle épousseta le sable et brandi au soleil son trophée.*Elle est parfaite celle-ci !*
Elle traina un long moment sur cette plage, allant et venant comme si quelque chose la retenait encore dans ce lieu, ou serait-ce des souvenirs de jeunesse qui remontaient a la surface et l’empêcher de partir ?

Gin sursauta et laissa échapper un hoquet de stupeur. Elle ne l’avait pas entendu approcher,  d’ailleurs faut être fortiche pour entendre arriver une personne sur du sable. Elle se retourna dans la seconde et porta sa main sur le cœur.


- T’es maboul mec !  tu m’as foutu la trouille !


- Elle calma sa respiration. Alors elle comprit que si elle ne se présentait pas rapidement, le fameux Manoa comme il venait de se nommer allait croire qu’elle s’appelle r«taimaboulemequetumafoutulatrouille ». Un brin long comme prenom et loin d’etre  poetique. Mais comme elle avait encore sa main sur le cœur cela pouvait prete a confusion pour un homme qui ne parle pas forcement le meme langage.

Manoa … Elle ne s’était pas trompée, c’était bien l’homme de la foret, le grand Tétehu qui se trouvait devant elle.  Celui qui faisait peur aux habitants ou plutôt celui qui alimenter les conversations de soirée.
– Tu l’as déjà vu le grand Tetehu ? soi disant qu’il cri comme tarzan et qu’il se promène aussi de liane en liane !
Un sourire intérieur s’empara de Gin, tous ce qu’elle avait entendu sur lui jusqu’à présent semblait banal. Ce Manoa paraissait bien inoffensif. Elle laissa ses bras retomber le long de son corps et les secoua comme pour effacer ce qui venait de se produire. Gin replaça sa paume de main sur son cœur et tapota doucement avant de lancer  clair et fort  son prénom :


- Gin

Son regard se posa alors sur  l’empreinte qu’il venait de laisser sur son nouveau tee shirt.  Depuis tout ce temps sa blessure saignait encore et pas des moindre. Elle hésita un moment, et s’avança d’une dizaine de centimètres pour reculer aussitôt. La réaction qu’il avait eu  lorsqu’elle avait voulu regarder sa main, la rappela a l’ordre. Elle changea de technique d’approche.  De toutes façon il était revenu vers elle et s’était présenté , peut-être était-il moins bourru que tout a l’heure.

- Manoa, je voudrais regarder cette blessure, laisse-moi faire. Ok ?

Pour accompagner ses paroles, Gin s’était lancé dans un langage des signes un peu particulier. Il fallait la suivre et la comprendre la miss. Apres cette mise en scène, et sans attendre de réelle réponse de la part de son interlocuteur, elle approcha sa main vers la sienne. A la respiration bruyante et accéléré,  Gin pouvait comprendre que le bonhomme était loin d’etre rassuré. Elle attendit , que de lui-même il accepte et montre sa blessure. Mais pour une impatiente comme Gin, il fallait que ça aille vite, alors elle recula et s’installa confortablement en tailleur sur le sable. A lui de voir, si il preferait partir avec son bout de doigt pissant encore le sang  ou si il devenait sociable l’espace de quelques minutes et accepte que Gin jette un œil a la blessure. Assise elle regarda son orteil qui avait subi quelques misères également. Des milliers de grains de sable  s’était collé sur les egratignures, impossible de savoir ou elles se situées a présent. Gin remua ses orteils, les picotements qu’elle ressenti a ce moment la lui indiquèrent l’endroit ou il manquait la peau. Elle fit mine d’ignorer le bonhomme. Le temps lui parut long,  et n’y tenta plus elle lui lança :

- Bon on va pas y passer la journée !  retourne dans ta foret si tu veux etre antisocial ! sinon décale toi un peu tu me serviras de parasol ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Dim 7 Juil - 16:30

Quand j'étais revenu vers la jeune femme, qui continuait à fouiller la plage à la recherche de je ne sais trop quoi, je l'avais fait sursauter en voulant me présenter. Ouaai , pas de doute à ce sujet je suis toujours aussi pro pour parler avec les gens d'où sans doute ma mise à l'écart de la société, n'attendant pas qu'on me rejette ou qu'on m'écarte d'un groupe. j'avais créé mon propre groupe composé d'un seul membre, Bibi en personne.

La belle brune avait du charisme et un côté sauvage un peu brut de décoffrage qui me plaisait. Je voyais en elle, peut-être pour la première fois d'ailleurs, une opportunité d'avoir ne serait-ce qu'un contact avec qui échanger des moments un peu plus humain. A première vue, elle n'essayait pas de détruire l'environnement, juste de profiter de chaque instant de la vie, récoltant par-ci par là ce qu'il lui plaisait. Il était clair qu'elle cherchait après quelque chose, peu de temps avant de la faire sursauter, je l'avais aperçue en train de ramasser une racine et de la brandir au ciel, comme un champion brandit une coupe en signe de victoire.

Elle m'avait hurlé dessus plus par peur qu'autre chose, une phrase qui m'avait laissé sans trop de réaction et qui n'avait ni queue, ni tête ... je crois qu'elle avait perdu une boule et voulait visiblement que je tue la trouille. Je lui fit un sourire histoire de pas choquer la belle qui venait de reprendre son calme ayant baisé les bras elle me regardait comme si j'étais le chainon manquant dont tout le monde parle, mais que peu de gens ont eu la chance de croiser.

Elle se présenta à moi en se tapotant la poitrine, signe pour moi qu'elle avait un minimum de respect à mon égard.

-Gin

La belle Gin avait des origines Latino d'Amérique centrale... j'essayais de décrypter quelques choses qui aurait pu trahir ses origines.  Cubaine ? Porto Ricaine ? j'hésitai encore, en tout cas , son bronzage naturel lui allait à ravir et je me surpris à détailler plus en avant son visage, tout chez elle m'inspirait une force de caractère, le genre de nana qui sait ce qu'elle veut et qui a les aptitudes pour mener à bien seule les projets qu'elle s'est fixée, son look rebelle, un peu sauvageonne tout en restant élégant me plaisait.

Sa simplicité, me disait que ce n'était pas le genre de nana, à se soucier de son apparence  si elle s'était salie en crapahutant à travers bois et que ce n'est pas parce qu'elle aurait vu une égratignure sur sa peau, qu'elle aurait ameuté l'île toute entière. Ce qui m'étonna, c'est plutôt qu'elle se soucia tout d'une fois de ma propre personne. Ayant vu que mon doigt continuait de saigner abondamment elle me proposa ceci:

- Manoa, je voudrais regarder cette blessure, laisse-moi faire. Ok ?

Comme visiblement, ma réaction n'avait pas été aussi rapide qu'elle ne l'aurait souhaité, le petit bout de nerf de femme me montra son agacement et rehaussa pour la deuxième fois le ton en me balançant

- Bon on va pas y passer la journée !  retourne dans ta foret si tu veux être antisocial ! sinon décale toi un peu tu me serviras de parasol ?

Je voyais bien qu'elle ne voulait rien d'autre que de m'aider à stopper l'hémorragie, c'est vrai que ce soigner seul la main ou un doigt n'est pas toujours évident, vu qu'on se retrouve qu'avec une seule main de libre. Je lui fis un petit geste de la tête mais me rappela que j'avais toujours de quoi  soigner les blessures qui étaient chose courante, surtout à travers la jungle épaisse d'Isla.

Toi avoir besoin peut-être de ça ? questionnai-je d'une voix grave  qui avait l'air d'avoir été prononcée par un Ours.

Je déposa une petite boîte que j'avais sorti d'une pochette de mon sac, sur ma cuisse, coupa avec mes dents mon pansement de fortune, ouvrit la boite et tandis le tout à Gin qui m'avait laissé préparer mon matériel. La boîte renfermait un peu de gaze, un flacon d'éther, du fil, deux aiguilles dont l'une courbe et l'autre traditionnelle, ainsi que quelques pansements de diverses tailles et une petite paire de ciseau.

Recouds !

Ne laissant pas trop le choix à la femme , je lui avait donné ma main comme quand on tend un objet.  Je fouillais une nouvelle fois mon sac, laissant Gin regarder de plus près la blessure qui continuait de laisser s'échapper le sang, qui coulait le long du doigt jusqu'à mon poignet avant de goûter sur le sable. Je sortais une gourde d'eau que je tendais à mon infirmière du moment.

Après moi soigner pieds de toi.

J'ignorai si la femme avait capté ma phrase,  visiblement toute son attention était concentrée sur ma blessure. Pourtant ma curiosité était toujours inassouvie et il fallait que je sache, d'où venait elle ?

Après toute ces années sur l'île, jamais je ne l'avais vue. Je craignais que ce ne soit une touriste de plus, pourtant à première vue, elle ne faisait pas du tout fille à papa fortunée qui a débarquée sur une île paradisiaque.

Bien que d'un aspect soigné, je l'aurait mal vue pomponnée, parfumée et encore moins  occupée à rire comme une greluche qui se fait draguer par le gentil animateur de l'île voisine,  qui venterait ses capacités à pêcher un requin avec les dents.

J'étais perdu dans mon profilage de la belle jeune femme, de temps à autre quand elle se sentait observée, elle relevait la tête pour m'observer , je feignais de regarder son travail,  mais mon esprit était ailleurs. Tu caches bien des mystères petite Latina.

C'est gentil d'avoir proposer à Manoa de le réparer. Toi pas d'ici pas vrai ? Toi faire quoi, ici ? Touriste ?

Je remuais le sable avec mes orteils en attendant que Gin termine,  ne me souciant même pas plus que ça d'observer ce qu'elle s'appliquait à faire. J'étais bien plus intrigué et impatient d'avoir les réponses à mes questions.  Je ne prenais pas vraiment de gant pour lui faire comprendre que j'étais plus intéressé de connaître son histoire qu'autre chose et essayais d'attirer son attention en balançant du bout du pied un peu de sable.

Quand toi avoir fini, Manoa avoir dette envers vahiné. Toi dire, moi faire pour toi.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gin Wilson
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
avatar

Messages : 20917
Cash : 26127
Emploi/loisirs : Pilote d'hélicoptère
Statut : Célibataire indisponible
Localisation : Peut-être derrière toi ...
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Jeu 11 Juil - 12:36


Gin tomba des nues.Ce grand bonhomme qui vivait au fin fond de la cambrousse, se promenait avec sa petite trousse de secours. C’était plutôt drôle comme situation. Jamais elle ne l’aurait pensé aussi prévoyant. La boite contenait tout ce qu’il fallait. Impressionnant. Il lui tendit la main, Gin put enfin découvrir cette vilaine plaie. Elle ne remarqua pas qu’il lui avait donné l’ordre de recoudre, trop obnubilé a regarder ce doigt. Pourtant en d’autre circonstances, elle aurait incendier n’importe qu’elle personne qui aurait pu lui parler de la sorte, et l’obliger a faire quoi que se soit. Seul son père pouvait lui tenir tête sans qu’elle ne réplique. Même un homme a la musculature développé comme ce tarzan d’Heavenly, était loin de lui faire peur.

En un tour de main, elle réalisa deux points, avec une aisance particulière. Recoudre, elle l’avait déjà fait une fois. Le travail était  loin d’être fait dans les règles de l’art, pas de champs stérile, ni de lavage de main comme dans les salles d’urgences, mais au bout milieu d’une plage, il faut faire avec les moyens du bords.

Gin  regarda Manoa de temps a autre afin de vérifier que son acharnement pour resserrer les deux côtés de peau n’était pas trop douloureux pour lui.
Lorsqu’il lui expliqua qu’apres il s’occuperait de son pied, elle secoua la tete énergiquement, la c’était hors de question, même pas en rêve. Elle s’exprima a toute allure :



- Non non non et non  toi pas soigner mon pied, moi pas aimer qu’on me tripote les pieds … moi trop sensible du pied, compris ?

Elle leva les yeux vers Manoa, sourcils froncé et  front plissé, elle lui faisait bien comprendre qu’en aucun cas il n’approcherait de cette partie de son corps si craintive.
*et non mes pieds ne puent pas je suis juste chatouilleuse !*

Elle retourna a ses occupations et désinfecta la plaie , un léger filet de sang s’échappa, puis plus rien. Elle arbora un sourire de satisfaction a la vue de son chef d’œuvre. Gin lui lacha la main, et rangea tout ce dont elle s’était servie dans la petite trousse de secours. Ravie de ce qu’elle venait d’accomplir, elle s’extasia :


- Et voila !!!

Manoa la prenait pour une touriste, si il connaissait seulement l’agacement que lui procurait ces gens-là. Eux qui dépensent des sommes astronomiques pour leurs vacances de reves, Ils trouvent les endroits toujours merveilleux et ne sont pas capable de préserver l’environnement
« Tiens si on oublier de jeter nos détritus a la poubelle, quelqu’un le fera bien pour nous ! »


- Non pas touriste,  Moi être sur Heavenly depuis toujours, mais nous jamais rencontré encore , toi toujours dans ta cambrousse moi toujours les mains dans le cambouis ou dans les airs.

Elle se surprit a parler comme lui encore une fois, et cela l'amusa.

- Laisse tomber  dette, un jour  peut être que moi avoir besoin … de tes services.

Mais quels services pouvait-il lui apporter ? Lui, seul dans sa jungle.  Lui apprendre a fabriquer une cabane dans les arbres,  pecher un poisson ou plutôt un doigt,   faire disparaitre un corps ,a oui  ça, ça peut toujours servir, Elle imagina Manoa un os dans le nez,  touillant  dans un immense chaudron, un corps decoupé en morceaux. Tout a coup la tete  de l’homme qui mijote parmis les petits oignons et les carottes se tourne et on distingue enfin son visage.  *Ah tiens mister Gregan*
Gin ria devant ce débordement d’imagination.
Le pauvre Manoa du se demander pourquoi elle pouffait de rire, car son regard avait  soudainement changé. Gin toussota pour se ressaisir. Elle l’avait trop vite jugé, Il vivait reclus des autres mais ça ne faisait pas de lui pour  autant un monstre. Au contraire, il avait plutôt l’air doux comme un agneau. Le manque de  conversation avec les gens devait entraine chez lui cette capacité a paraitre un brin idiot.

Le soleil cognait fort Gin passa sa main sur sa nuque, des  gouttes de sueurs commençaient a en perler, elle les essuya d’un revers de main. Contre toute attente elle décrocha la bretelle de sa salopette. Cette dernière tomba au sol. Elle enjamba le vêtement, se retrouvant ainsi en maillot de bain.


- Tu veux venir te tremper ? tu m’apprendras a choper des poissons !

Elle se précipita vers les vagues,  et se mit a sautillait dans l’eau, sur un pied puis sur l’autre. Elle avait oublié sa blessure. La douleur  venait tout juste de se réveiller  au contact de l’eau.
*OUAahh !!! ça pique cette connerie de sel*

Elle se retourna afin de voir si le grand baraqué s’était décider a venir, il n’avait pas bouger d’un centimètre. Ses paroles s’accompagner et des gestes afin qu’il comprenne qu’elle lui demander de se joindre a elle.


- Allez Manoa, fait pas ta mijaurée !  Tu vas cuire en plein soleil !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Sam 20 Juil - 15:35

La petite Latina refusa mon offre, en parlant comme si elle avait du mal à parler sa propre langue, sans doute par mimétisme. Je doute que ce soit volontaire ou pour se moquer de l'accent caverneux d'un barbare illettré, qui était le mien,  que Gin parlait de cette façon.

Elle avait fait un très bon travail, même pas de douleur ressentie, les points étaient fin et régulier. L'hémorragie avait stoppé net et bien que je ressente le battement de mon cœur pulser  dans cette extrémité, la gêne occasionnée était plus que supportable.

J'arrêtai de contempler le travail chirurgicale pour me focaliser sur le pied blessé de la jeune femme qui  avait refusé que je la soigne. J'étais frustré de pas pouvoir rendre la pareille,  mais le caractère visiblement bien trempé de la femme me dictais de ne pas insister et de passer à autre chose.
Gin fonça dans les petites vaguelettes de l'eau m'invitant à la suivre, elle sautillait dans l'eau d'une drôle de façon, on aurait dit la danse sacrée de mon oncle lorsqu'il rentrait bourré d'une pêche infructueuse.
Qu'est ce qu'elle me fait ? On dirait un flotteur qui a du mal à se stabiliser dans les vagues, elle se retourna en insistant pour que j'accepte son offre

Allez Manoa, fait pas ta mijaurée ! Tu vas cuire en plein soleil !

Je déposai mon barda dans le sable au pied d'un palmier terrassé par le vent, qui gisait sur les grains super fins de la plage. Je me relevai et ôta mon T-shirt, que je pliai soigneusement, ne laissant que mon short hawaïen, j'avançais pieds nu de deux pas... observa  les flots un moment calculant le bon moment pour m'élancer et ainsi fournir le moins d'effort pour le plus d'efficacité.
 
Je démarrai en trombe à grande enjambée, profitant d'un léger ressac , je bondis au dernier moment main jointe en avant, je pénétrai l'eau avec aisance,  sans trop de bruit, comme si je me frayais un chemin a travers chaque molécules d'eau avec leur accord, comme pour gagner encore plus de fluidité, j'avais plongé loin et machinalement je trainai sous l'eau.
J'étais dans mon élément, les poissons multicolores nageaient paisiblement non loin d'un petit récif corallien. j'ignore combien de temps je restai sous les vagues, tellement je m'y plaisais, d'un battement de pied, je remontai à la surface prendre mon souffle.

Toi pas rester dans petite vagues quand même ? Sinon comment Manoa apprendre à petite fille ?

J'affichais volontairement un petit air moqueur du coin des lèvres pour inciter Gin à me suivre et pour piquer un peu son égo au vif. J'ignorai si c'était histoire de la taquiner et de voir de quoi elle était capable ou si c'était mon côté homme des bois, qui aimait à se mesurer naturellement à tout ce qui m'entoure, qui me poussa à provoquer la miss dans un jeu.

Premier étape, toi repérer poisson
Deuxième étape, toi attraper poisson
Allé, approche ! petite vahiné !


J'attendais de voir la réaction de la miss qui était plantée dans les premières vagues, elle avait assisté a tout mon délire aquatique et j'attendais qu'elle ne dise ou fasse quelque chose.

Je pris une profonde aspiration et  partais en arrière dans l'eau,  lentement je descendais suivant le fond marin qui était de plus en plus important. D'où j'étais parti, il y avait une dizaine de mètres et je descendais sans trop de soucis jusqu'à une trentaine de mètres ... j'économisai mon oxygène, laissant mon corps épouser les mouvements de l'eau, ne cherchant pas à lutter contre ceux-ci.

Ca faisait quatre longue minutes que j'étais sous l'eau, je sortais un petit aiguillon monté sur un petit morceau de bois qui était relié à ma ceinture, que j'avais toujours à la taille, par un peu de fil.

Je fouillai dans un autre compartiment pour sortir un morceau de mangue, que je piquai et me mis à nager en laissant trainer l'appât derrière moi. Ca faisait cinq minutes que j'étais sous l'eau, il était temps de remonter respirer un bon coup.  

Ma remontée provoquait un tourbillon de l'aiguillon qui ne manqua pas d'attirer un poisson au teint bleuté qui avala goulument mon offrande.
Je crevais enfin la surface de l'eau après non loin de six minutes, la bouche ouverte pour récupérer l'oxygène au plus vite et me laissa flotter un moment avant de tirer sur le fil et de montrer à Gin le poisson qui gigotait dans mes mains.

Tu vois, pas difficile.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gin Wilson
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
avatar

Messages : 20917
Cash : 26127
Emploi/loisirs : Pilote d'hélicoptère
Statut : Célibataire indisponible
Localisation : Peut-être derrière toi ...
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Lun 22 Juil - 20:57

Petite fille ?  N’importe quel homme qui l’aurait traité ainsi aurait eu droit a une crise a la limite de l’hystérie. Contre tout attente, Gin se mit a sourire, Il était plutôt attachant ce Manoa.  A la manière dont il se conduisait  il ressemblait a un grand enfant  innocent et protecteur a la fois. Le petit air moqueur qu’il avait affiché, ne la perturbait pas. Son  sourire s’élargissait au fur et a mesure que, lui, affichait un sourire moqueur. Même avec ce rictus, elle ne le rabroua pas. Gin  trouvait le gaillard plutôt adorable. Native de l’ile, elle était presque déçut de ne pas l’avoir connu avant.
*Repérer poisson … attraper poisson ! ? ! ?*


-  Mais je sais pas faire !

A peine avait elle eut le temps de prononcer  les premiers mots qu’il avait déjà disparu dans les profondeurs. Elle tenta de le suivre. Après une grande inspiration elle plongea a son tour. Le corps de Manoa était déjà loin devant elle Après quelques mètre de progression la silhouette ne fut qu’une ombre floutée,  qui disparut complètement. Gin gonfla ses joues, elle expulsa l’air emprisonné  formant un amalgame de bulles tout autour d’elle. Manquant d’oxygène, elle remonta a la surface. La tête hors de l’eau elle s’essuya le visage avec ses mains. Elle reprit son souffle, tout en cherchant  un indice qui lui permettrait  de savoir ou était Manoa, l’Océan était d’un calme plat a ce moment-là, le silence trop pesant.

-Manoa !!!!!!    HEyyyyy !!!  fait pas l’andouille ! c’est bon je sais que tu sais nager sous l’eau , remonte maintenant, c’est loin d’être drôle.

Inquiète, elle chercha la moindre bulles d’air pouvant remonter a la surface. Les minutes défilèrent, une attente abominable. Gin plongea a plusieurs reprises,  aucune trace de l’imposante ossature, malgré  l’eau cristalline. Des bulles éclatèrent enfin a la surface de l’eau,  soulagée elle vit la bouille de l’homme des bois immergeait de l’eau. Des lors qu’elle l’entendit respirer a plein poumon, elle s’égosilla  rassuré de voir qu’il allait bien.

- Tu mériterais  que …  je ne suis pas censé savoir que tiens aussi longtemps sous l’eau !!!! j’ai eu peur.

Quelques brasses et Gin fut a ses côtés.   Sur le dos, ses jambes frappèrent l’eau avec violence afin d’envoyer une bonne rasade sur le bonhomme.    Elle regarda alors ce qu’il tenait dans les mains. Un magnifique poisson aux reflets bleuté frétillait entre ses doigts.

- J’y croit pas ! t’as réussi ! comment t’as fait ? jolie prise au passage !

Plus qu’impressionné, Gin était ébahie. Elle qui avait toujours pécher avec des cannes et des tonnes d’amorces pour faire venir les poissons a elle. Et avec tout l’attirail qu’elle pouvait utiliser, le poisson ne mordait pas aussi facilement. Bien souvent elle était rentré bredouille a la maison.   Mais pour faire croire que la pêche avait été fructueuse, elle avait sa petite astuce. Elle et sa sœur passaient toujours par le port,  Il y a avait toujours un bateau de pêche dans les parages. Faces a deux gamines désespérées,  les pécheurs leurs offraient toujours les petits poissons qu’ils arriveraient difficilement a vendre, soit par leur petite taille soit pour leur gout que peu de gens aduler. Les parents Wilson n’ont jamais compris le manège  de leurs filles, ou plutôt ils n’ont jamais rien dit pour éviter  de les peiner.

- A moi !!! Donne, Donne,  Donne !!! je veux essayer  !!!

Gin sautilla dans l’eau toute excitée a l’idée de pouvoir faire pareil.  . Tel un tour de magie, Manoa avait réussit son tour, il avait devant lui une fillette dont les yeux s’étaient remplis d’étoiles a l’instant même ou ce poisson était apparu. Elle se rapprocha et contempla la prise aux reflets bleus argentés. Sans lui demander son avis, elle lui vola son poisson. Délicatement, elle décrocha l’hameçon de la mâchoire, tout en le maintenant avec fermeté sous les branchies. Le morceau d’appât était intact.  Elle tendit la poiscaille a Manoa, pour lui rendre son butin. Gin vérifia  l’accroche du morceau de fruit. Et sans attendre, elle plongea  …avec le fil …l’hameçon …et le bout de bois … toujours accroché a la ceinture de Manoa. Un a-coup, et la monture céda sous le poids du gaillard.

Gin remonta a la surface dans la seconde, persuadée d’avoir chopper un  énorme poisson qui aurait fait tirer sur ce fil au point de le casser

- J’en ai eu un !!!!!!!!!! ça a mordu  mais le fil s’est pété !

Trop surexcité a cette idée, elle remonta la monture de fortune.  Son enthousiasme s’atténua des qu’elle vit son erreur. Le fil s’était cassé de l’autre coté.  Le coté qu’elle n’avait pas eu le temps de prendre correctement. *Mais quelle cruche !* Gin regarda  le maitre de l’art de la pêche,  elle se mit a rire.

- Ben  pour le coup on peut dire que j’avais une grosse touche ! lui balança t’elle persuadée qu’il ne comprendrait pas vraiment le signification de cette phrase.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Mar 23 Juil - 18:15

Gin était visiblement excitée de voir que j'avais ramené le poisson, après un moment d'inquiétude qui s'estompa rapidement, elle gesticulait face à moi, voulant essayer elle aussi ma technique de pêche. Je voulu la calmer mais dans un élan, elle plongea avec une partie de mon matériel oubliant que l'autre extrémité était elle toujours solidement fixée à ma ceinture. Une tension, suivi d'une deuxième puis une troisième beaucoup plus violente cette fois, cassa net le fil. Gin réapparu, face à moi pour ainsi dire, dans un amas de bulles.

Après avoir repris son souffle, elle me dit:

Ben pour le coup on peut dire que j’avais une grosse touche !

Moi pas tout compris, mais ... ça pas possible... Manoa avoir toujours pagne sur lui.

Bon sang ! Quel naturel ! Non mais regardez moi cette jeune femme, elle a l'air tellement détendue pour une étrangère, que j'en oublie même que nous nous connaissons que depuis quelques minutes. Sa phrase me laissa perplexe et j'avais peur d'avoir compris de travers, aussi j'affichais un large sourire dans le doute.

Sa joie de vivre le moment présent et son excitation à vouloir réussir à toute fin une pêche comme la mienne, me libéra quelque instant. Je suppose que c'est ce qu'il m'aida à briser une première frontière.

Je mis mes mains sur les épaules de la femme pour la calmer un peu, je dégageai une mèche qui était retombée devant ses yeux et la regarda. Je ne savais pas comment agir, ce moment était si plaisant et en même temps je ne voulais pas d'accroche, qui sait où ça me mènerai. Mon cerveau était parti à toute allure, dans tout les sens, pensant à mille choses à la fois. Gin devait certainement se demander ce qui était en train de me traverser l'esprit, je m'en rendais compte et décida la voie de la sagesse.

D'abord, il faut que t'apprenne à contrôler ta respiration. Tu dépenses trop d'énergie quand tu plonges. Regarde.

Je respira profondément deux trois fois de suite expulsant l'air pour vider mes poumons un maximum avant de les remplir lentement mais bien à fond, je ne bougeais presque pas, je ferma les yeux et me laissa couler quand ma réserve d'air fut complète. Les premiers mètres était aisé et je toucha le fond rapidement, l'endroit que nous occupions n'était pas très profond une quinzaine de mètres tout au plus. Je m'assis en tailleur sur le fond sablonneux. Les yeux maintenant ouvert, je regardais vers la surface et me mis à compter mentalement. La faune aquatique commençaient déjà à s'habituer à ma présence, comme si j'avais été ni plus ni moins qu'une ancre jetée par un bateau de pêche. Quel spectacle magnifique, la multitude de poissons colorés étaient comme si un arc en ciel les avaient touchés au hasard de leur passage. Poissons perroquet, poissons clown, poissons papillons, poissons chirurgien et bien d'autres formaient dans ce fond marin, un fresque tout bonnement magnifique. une étoile de mer était même non loin de moi.

Au fait, je suis sous l'eau depuis combien de temps moi ? Gin allait encore s'inquiéter, aussi je replia mes jambes sous mes fesses et donna une impulsion vers la surface, ondulant du corps je regagnais assez vite ma compagne d'eau.

Pardon, moi oublier que j'étais sous l'eau. Viens avec moi, je vais te montrer comment faire.

Je plongea dans le regard de Gin et me rapprocha d'elle.

Toi avoir confiance en Manoa ? demandai-je.

Si oui, respire profondément comme moi, pas trop vite. Tu es pressée comme le ouistiti qui vient de voler la banane.

Je rigolai de plus belle, laissant la blancheurs de mes dents éclairer mon visage. Après un petit moment je me dis qu'il serait bon de ne pas insister trop longtemps non plus, je ne voulais pas choquer la jeune femme, je la regardai tout simplement avec un large sourire attendant le feu vert de sa part. Je me rapprochais encore et la pris par la taille, régulant ma respiration pour donner le rythme à Gin.

Quand tu es prête, Manoa t'emmène en bas.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gin Wilson
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
avatar

Messages : 20917
Cash : 26127
Emploi/loisirs : Pilote d'hélicoptère
Statut : Célibataire indisponible
Localisation : Peut-être derrière toi ...
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Mer 24 Juil - 20:46

Le voilà qui lui enseignait comment respirer, et pourtant Gin l’écouta  attentivement sans broncher. Il n’était pas comme les autres. Elle avait l’impression que quoi qu’elle fasse Manoa ne porterait pas de jugement.  ça avait du bon  de vivre éloigné de  la civilisation, et de toute cette société de consommation. Elle était fascinée par ce grand bonhomme, persuadé qu’il pourrait lui enseigner beaucoup plus, qu’une petite excursion sous-marine.
Gin appliqua a la lettre les conseils, pendant que Manoa disparaissait une fois de plus sous l’eau . Elle vit son corps quasi inerte s’enfoncer dans les profondeurs.  Il était serein et dans son élément, au point d’en oublier Gin qui de nouveau s’impatienter de ne pas le voir remonter.

Pour tuer le temps, elle s’amusa a frapper l’eau  la main a plat, s’éclaboussant au passage. Manoa était de retour a ses cotés.  Et lorsqu’il l’invita elle  ne put qu’accepter une telle proposition.
Elle glissa sa main dans la  sienne, ainsi elle lui accordait sa confiance et lui donner le feu vert pour l’excursion océanique. Elle prit un soin tout particulier a s’appliquer sur sa respiration.  Elle voulait mettre toutes les chances de son coté pour tenir en apnée. Ils plongèrent tous  deux. Gin serra cette main qui l’entrainer vers de nouvelle contrées.
La luminosité s’estompa  peu a peu et les couleurs furent absorbées lors de leurs progression vers le grand bleu. Gin ne put que s’extasier devant la beauté de ce monde enfuit dans les profondeurs. Cet univers silencieux, si paisible et hors du temps.  Les petits désagréments de la plongée s’installerent. Une gêne apparut au niveau de ses oreilles sous la pression. La température changea l’eau devenait plus fraiche, vivifiante.

A peine plus d’une minute ne s’ecoula, que la demoiselle sentit ses poumons se serrer. Oppresser l’oxygène commençait a  lui manquer.  Elle souffla l’air par ses narines, répandant  ainsi des centaines de micro bulles tout autour de son  visage. Gin pressa la main de son guide. Elle devait remonter a la surface. Manoa ne prêta pas plus attention a son geste, alors elle lui secoua le bras.
D’un mouvement  rapide il se retrouva face a elle.  Gin se mit a danser dans une sorte de langage des signes. Montrant de ses mains son nez, serrant sa gorge   et appuyant ses paumes contre ses poumons.  Elle  ouvrit la bouche mimant un cri. Seul quelque bulles d’air s’en échappèrent. Gin s’agaça et gigota dans tous les sens. Elle devait regagner la surface au plus vite. Sinon les merveilles que Manoa venait de lui faire découvrir causeraient sa perte. Elle regarda les mètres d’eau au dessus de sa tête. De la, Gin  contempla un spectacle tout aussi magnifique, les rayons lumineux du soleil, étincelaient d’une manière féerique …  ...A moins que ce ne soit  cette fameuse lumière que l’on aperçoit lorsque la vie s’arrête.

*A non je suis trop jeune pour mourir , j’ai pas encore eu mon heure de gloire !!!*

La lumière sembla s’intensifier,  elle leva la main comme pour l’attraper  le halo  clair  et étincelant.

*Ohh putain je suis morte  c’est ça ???*

Elle secoua la main de Manoa et se libéra pensant être attirer par cette luminescence. Gin regarda son guide. Il n’avait pas l’air inquiet. Elle  chercha ou pouvait se trouver son corps sans vie,  ou si son âme était toujours relier a lui. Elle se palpa de part et d’autre et se rendit   a l’évidence qu’elle était toujours bien de ce monde… Mais peut être plus pour longtemps. Il était plus que vitale qu’elle sorte de cet univers silencieux. Elle remonta ses jambes comme une grenouille et se projeta. Elle n’avait pas bougé. Quelque chose avait attraper son pied. Gin baissa la tête et vit …  Manoa  qui la tenait par la cheville.

*Aaaaaah !!!  Il veut me tuer*


Elle tenta de lui échapper en remuant sa jambe dans tous les sens.  Son corps tout entier crier a l’aide. Elle allait crever au fond de l’eau sans que personne ne le sache … qui sait si ça se trouve les anecdotes sur l’homme des la forêt étaient réellement fondées.   Quelle idiote elle était. Elle, toujours sur ses gardes, tabassant le premier qui lui chercher des noises, s’était fait avoir comme un bleu. Il l’avait attendri  avec son comportement un peu loufoque,  pour mieux la noyer … et si ça trouve elle allait se retrouver couper en morceaux  baignant dans un  délicieux fumé de lardons vin blanc carottes avec des carcasses de lapins.

*Adieu monde cruel !!!*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Sam 3 Aoû - 14:17

Gin éprouva des difficultés après une minute sous les flots, elle gesticulait comme une grenouille. D'ailleurs elle en attrapait la teinte...

Je pensai en moi même "On dirait Kermit, toute verte dans un monde sous marin tout bleu", je ne pu m'empêcher de sourire et me décida à me rapprocher de la belle qui paniquait de plus en plus.

Elle voulut remonter vers la surface pour respirer, mais d'un coup d'œil je réalisai qu'elle arriverait trop tard, aussi je retenais par la cheville la belle, l'attrapa dans mes bras et lui insuffla de quoi remplir ses poumons. Il me semblait que Gin tremblait, de peur ou de froid, voir de nervosité ou les trois à la fois, je l'ignorai totalement, j'essayais de la calmer et la poussa vers la surface pour l'aider dans la remontée.

Tu respires pas encore comme poisson mais tu embrasses mieux qu'eux

J'affichais un large sourire en attendant une réaction de Gin, qui reprenait lentement mais surement sa respiration.  En même temps je me disais que j'avais peut-être abusé,  j'étais vraiment pas comme ça d'habitude mais là c'était plus fort que moi c'est comme si je connaissais le jeune femme depuis toujours ou du moins depuis l'enfance. J'avais envie de faire les quatre cents coups avec elle. j'avais l'esprit joueur, blagueur .. Bref, j'étais excité comme une puce de poursuivre dans d'autres délires.

Je réfléchissais, pêche aux requins ?  à moins qu'on irait crapahuter en forêt ? faire du kayak de mer ? rester ici et plonger encore et encore ? C'est vrai que ces fonds marins sont d'une pure beauté, d'aussi loin que je m'en souvienne, une telle diversité de poissons, coraux , crustacés je n'avais jamais vu d'aussi beaux.  Parfois, quelques tortues, dauphins et requins s'approchaient un peu plus des côtes, mais c'était loin d'être dans leur habitude.  Nous étions loin d'être en pleine mer et toute cette zone était  relativement sure.  Aussi, je me disais que ça intéresserait peut-être, Gin de voir ces animaux de plus près .

Toi vouloir faire quoi ?  Manoa peut montrer tortues ... dauphins... requins ... même baleines, si tu veux, sauf que pour toi voir elle, toi devoir attendre Septembre...

Mais si toi rester ici jusque Septembre, toi finir par couler.

J'avais toujours ce même sourire qui ne quittait plus mon visage, j'attendais tout bonnement de voir ce qui tentait le plus la miss, toujours plantée face à moi et qui me regardait aller et venir. J'avais la bougeotte comme le petit lapin Duracell a qui on vient de foutre des nouvelles piles, je me sentais capable de traverser d'îles en îles et de revenir à mon point de départ en moins de temps qu'il ne le faudrait pour le dire.
Mais rien que l'idée que je pourrais être en contact ne serait-ce que visuel avec des touristes me fît oublier cette idée...  Je le ferais plus tard ... de nuit, juste histoire de voir combien de temps il me faudrait pour accomplir un aller retour.  Je m'en sentais capable mais ne voulais vraiment pas qu'on vienne m'emmerder à me demander, d'où je venais ainsi à la nage et qu'on veuille me suivre ou tout simplement qu'on m'aborde pour parler... Déjà comme ça j'avais dérogé a mes règles un peu trop souvent à mon goût ces derniers temps.  Peut-être le fait d'être seul en forêt trop longtemps, pas que je perdais la raison, loin de là, mais qu'au final un peu de rapport humain me faisais plus de bien au moral que je ne voulais me l'admettre.

Je m'approchais de la belle et la repris dans mes bras avant de glisser un doigt sur son petit nez en lui demandant :

Alors petite fille ? Toi avoir choisi ? Toi vouloir encore rester avec Manoa ou toi devoir rentrer retrouver petit copain ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gin Wilson
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
avatar

Messages : 20917
Cash : 26127
Emploi/loisirs : Pilote d'hélicoptère
Statut : Célibataire indisponible
Localisation : Peut-être derrière toi ...
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Dim 11 Aoû - 22:43


De l’air enfin …   Gin toussa et  régurgita de petites quantités d’eau. Le grand bonhomme  l’avait aidé a remonter a la surface, Mais le dernier mètre avait était de trop  et elle avait  bu une bonne tasse.  Les yeux rougit par le simple fait de tousser énergiquement elle se tourna vers Manoa, furieuse  de ce qui avait pu se produire dans les bas fond.  En plus  de cela l’homme de la foret en rajouté une couche.   Entre toussotement et respiration, elle rétorqua :


- Contente de savoir que  j’embrasse mieux que les poissons !!!

  Elle aurait voulu le pincer, lui montrer qu’elle n’avait pas adhéré a ce comportement, elle se ravisa au dernier moment.    Apres tout, il ne l’avait pas embrassé pour son propre plaisir mais uniquement pour lui éviter la noyade.  Elle qui était persuadé  qu’il voulait la retenir sous l’eau, elle s’était montait un film  en un rien de temps. Gin  mit cela sur le dos d’un  défaut d’oxygénation de son cerveau,  il fallait bien trouver un coupable .


- T’es sérieux des requins ??? mais on n’est pas équipé ?   j’arrive pas tenir une minute sous l’eau, et sans vouloir  te vexer, je ne tiens pas   a ce que tu m’oxygènes une fois de plus.


Tortues , dauphins…   en fait c’était plutôt banal de voir ces créatures . Gin avait déjà plusieurs  fois nager en leurs compagnie,  mais  a chaque fois qu’elle avait pratiquait ce genre d’excursion c’était  toujours  avec un encadrement  et une surveillance  bien spécifique.  Pour ce qui concernait les requins, c’était loin d’être sa tasse de  thé.  Voir d’aussi près ces grands prédateurs, devait être une expérience inoubliable.  la montée d’adrénaline devait grimper en flèche et atteindre des sommets en se retrouvant nez a nez avec ces créatures.   Ils ne sont certes pas tous mangeurs d’hommes … mais  pas la peine de tenter le diable et se faire arracher un bout de jambe, voir déchiqueter en entier. Dans une cage sécurisée ou avec un équipement de plongée pourquoi  pas mais la ...  Gin afficha un certain dégout  pour  montrer   qu’elle n’était pas très positive a l’idée de nager parmi les squales.   Pour ce qui était des baleines  il était certain qu’elle reviendrait chercher Manoa le moment venu. Le chant des baleines lui prenait tellement les tripes que l’idée de pouvoir nager a leurs coté tout en les écoutant  devait être magique.

Tout d’abord surprise, Gin  le laissa faire alors qu’il la serrait dans ses bras.  Elle n’était  pourtant pas une adepte de ces démonstrations affectives.  Mais a voir ce grand enfant surexcité, elle resta immobile, incapable de bouger ou le repousser.  


- A non je reste avec toi … montres-moi ton monde !!!

Personne ne l’attendait a la maison,  et quand bien même  « petit copain »   ou pas  de toute façon son choix était fait, Gin voulait en savoir plus sur  ce  mystérieux Manoa.  Personne ne le connaissait vraiment, et Gin n’avait pas besoin de creuser très loin pour découvrir qu’il était attachant.  Toujours aussi intrigué, elle voulait tout connaitre de sa vie quotidienne, et regrettait amèrement de ne pas l’avoir rencontré plus tôt. Une soif de découverte, qu’elle devait a tout prix assouvir.

Le doigt placer sous son menton devenait un peu trop intime.  Ce contact la perturba, mal a l’aise,  Gin se dégagea  des bras de Manoa  et  recula d’un pas. Il ne  fallait pas trop lui en demander non plus, il y avait certaines limites a ne pas franchir.  Pour éviter de froisser, ce Tarzan au grand cœur, Gin s’empressa de lui répondre :


- Allez va, emmènes moi voir les dauphins.

Au moins pas besoin de nager en profondeur, et même si elle connaissait déjà, cela restait toujours un souvenir impérissable. Gin se tourna,  le regard perdu dans l’immensité de l’Océan.   Tomber sur une horde de Dauphin risquait d’être plus difficile que prévu.  Ces mammifères la, ayant  une attirance toute particulière pour suivre  les bateaux, elle douta des capacités de Manoa.  

- Tu sais ou les trouver ?  j’ai pas la même résistance que toi,  si il faut nager pendant des heures, je risque d’être une véritable plaie. t’arrivera a me supporter ?

Elle lui tendit la main, pour qu’il l’emmène vers des contrées inconnues. Le cœur palpitant,  de suivre l'homme de la foret  a l’aveuglette.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Sam 5 Oct - 10:20

C'est avec surprise que j'apprend que la femme n'a pas de copain, ou du moins ne veut elle pas m'en parler; c'est vrai qu'après tout, nous ne nous connaissons que depuis peu... euuh pour être franc et honnête, ça date que de ce matin, malgré tout j'ai l'impression inexplicable de jouer  avec une petite sœur que je n'aurai jamais eu, devinant presque ce qui lui ferai plaisir voir ce qu'elle me dirait. C'est d'autant plus surpris qu'elle accepta d'aller voir les dauphins.

Les Dauphins ??? Manoa ? les dauphins ? sérieux?  t'as pas trouvé plus pourri ? comme si elle n'avait jamais vu cette bestiole ! On est sur une îiiillleeeeeeeee ...  youuuuuhhoouuuuu ... réveille toi !

A cette pensé, je suis certain que l'expression de surprise et de gêne a du se voir sur mon visage, je passai une main dans mes cheveux comme pour les ébouriffer, histoire de noyer le poisson et réajusta mon collier où pend un coquillage aux couleurs turquoise marbré de nacre et de fine zébrure noire.

Je ramassais mon barda sur le sable et fis un geste de la main à Gin pour lui montrer que j'étais prêt à partir.

Les Dauphins c'est par-là  dis-je, je me détestai  rien quand le prononçant, puis une idée me traversa l'esprit comme pour me récupérer de cette proposition idiote et j'ajoutai : Mais le monde de Manoa c'est par-là bas !


Je pointai la douce et verdoyante jungle du mont sur lequel j'habitai. De la plage, on devinait selon comment le vent soufflait, le bruit de la grande cascade qui tombe dans mon lagon, c'est peut-être prétentieux de dire ça, mais à part moi, personne n'y avait visiblement trempé ne serai-ce qu'un orteil.

Le mont était splendide, le soleil lui rendait toute sa majesté en frappant ses flancs, laissant deviner par endroits la vie qui y regorge, en levant les yeux, les oiseaux, comme pour achever le tableau, tournoyaient avec toute la grâce qui les caractérises.

Toi savoir que Manoa jamais emmener  quelqu'un dans son monde. C'est grand honneur. Alors Manoa doit savoir quelques choses sur toi avant, même si petite sœur à l'air pure du cœur.

J'approchais de Gin pris ses mains dans les miennes,  t'embrasse mieux que poisson mais tu nourris pas Manoa, si toi être Manoa, tu ferais quoi à poisson ? Tu pêches lui et toute sa famille pour les manger  ou juste lui ?


Cette simple question m'ouvrirait la voie sur les bonnes intentions de la jeune fille qui visiblement m'aurait suivi au bout du monde du moment qu'elle en prenait plein les yeux.

Je restai figé à contempler les hauteurs de l'île, les haut arbres qui recouvraient tout mon monde, pas un seul centimètre carré ne m'était inconnu, de la grotte donnant accès à la mer, qui a du, à une époque, être le repère de pirates  venus cacher  un de leur trésor, en passant par la grande cascade, le lagon et tout les points de vue dans lesquels j'avais à la longue des années construit ça et là de quoi m'y reposer tout en ayant un œil sur l'environnement qui m'entoure.

La jeune femme me regardait toujours aussi dubitativement, du moins c'était cette impression qu'elle me donnait à cet instant précis, j'ignorai si elle était en pleine réflexion ou si son choix était fait depuis longtemps déjà dans sa petite tête.

Je lâchai les mains de la miss et sans attendre sa réponse , je m'avançai à travers le sable où jonchaient des feuilles de palmiers, écorce de noix de coco voir de noix fraichement tombées, certaines feuilles pouvaient être coupante comme un rasoir aussi je prenais toute les précautions pour éviter  d'y poser les pieds nus.

Le sable était soudain coupé par un petit bras d'eau secondaire provenant de l'intérieur des terres, qui se divisait en plusieurs filets, ne cherchant pas à l'éviter je m'y rinçais les pieds en pataugeant  quelque peu.

J'avais volontairement ralentis le pas, laissant Gin dans ses réflexions qui était restée en retrait de quelques mètres.

Sortant ma machette , je donnai un grand coup sur une coco qui se trouvait non loin de moi afin d'y planter la lame. Je me saisi du fruit avec ma main gauche pour libérer la machette et donna des coups sur la partie supérieure; dans un même temps, je faisais tourner le fruit sur lui même par de bref torsion du poignet . En très peu de temps, un trou fut fait et je m'abreuvais du doux  jus . Je réitéra l'opération avec une deuxième noix à l'attention de Gin.

Tout en lui présentant la coco je lui posa la question:  "Petite sœur avoir choisi la réponse ? "




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gin Wilson
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
avatar

Messages : 20917
Cash : 26127
Emploi/loisirs : Pilote d'hélicoptère
Statut : Célibataire indisponible
Localisation : Peut-être derrière toi ...
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Dim 29 Déc - 13:16

Manoa sembla gêné, mais cela ne perturba en rien la petite brunette, il avait des mœurs plus ou moins bizarre, et  elle ne s’inquiéta donc pas une seconde de plus sur  son comportement.  Une chose était certaine, ce grand bonhomme plutôt attachant, la faisait rire, et c’était un bon point.
Changement de programme le grand bonhomme ne semblait plus vouloir l’emmener nager avec les dauphins. Sa préférence  voulait qu’il lui fasse découvrir son monde. Gin s’imagina alors a quoi pouvait ressembler  le coin de paradis dans lequel il vivait.  Une cabane de fortune perché en haut des arbres …  des lianes de chaque cotées, lui permettant de se balader  avec facilité au travers de cette forêt tropicale.
C’était très stéréotypé comme image. A croire qu’elle le prenait  pour un antisocial reclu de la société  en ermite façon Tarzan… d’une certaine façon, c’était bien un peu ce qu’il était ou du moins ce qu’il laissait paraitre.  
 Stupéfaite,  sa surprise ne fut que plus grande lorsqu’il lui avoua que  personne ne l’avait  jamais suivit dans son monde a lui. Et il se décidait d’un coup d’un seul a  montrer ses milles et une merveille a la première personne qu’il avait rencontré de la journée. Cette rencontre  spéciale au point qu’il accorde sa confiance si facilement a la demoiselle dont il ne connaissait quasiment rien.  Un véritable coup de maitre qu’il lui faisait la. Gin  ne peut que trouver son geste adorable.


- Alors merci de m’emmener, je suis ravie … j’étais loin de m’imaginer  une journée comme celle ci  en me levant ce matin …

Il lui attrapa les mains et d’un naturel flamboyant lui  posa une question, qui eut pour mérite de faire glousser la demoiselle, tant celui lui paraissait inepte.
*Mais qu’est ce qu’il me raconte avec son histoire de poisson ?!?!? *
La question était pourtant simple… Gin arqua un sourcil,  un maigre sourire se dessina sur un seul coin de sa bouche. Elle s’interrogea pendant que l’homme de la foret  préparait  le terrain  écartant  les dangers sur le chemin qu’ils emprunteraient.   « Petite sœur »  un sourire se dessina sur son visage a l’entente de ces mots. Jadis, elle aussi employée ces mots la.  Et elle se retrouvait maintenant a être appelé ainsi par ce grand, très grand même, frère de cœur qu’elle n’avait jamais eu.


- Euh … ben tant  qu’a faire je pêche toute la famille  et  je les mange… ça leur évitera de souffrir  a la perte d’un membre …autant tous les faire frire,  mon estomac leur fera une belle sépulture…

Un rictus se dessina, et Gin ressembla étrangement a un petit être diabolique avant d’éclater de   rire.

- Alors ?  Est-ce que ma réponse convient a Grand frère  ou je suis tout bonnement recalé et prête a repasser un autre test ?

La noix de coco en main, elle la porta à sa bouche pour  en boire le jus. Le lait coula de chaque côté de son menton. Elle toussa, sous la trop grande quantité de boisson ingurgitée.  D’un revers de main elle s’essuya.
 Elle avança de quelques pas pour le suivre. Son pied s’enfonça  dans une substance boueuse, grasse et … plutôt chaude. Quelques secondes suffirent pour qu’elle comprenne ou elle avait posé le pied. Gin ferma les paupières pour mieux contenir son agacement.

*nooooooooooooooooooooonnnnnnnnnnnnnnnnnnn!!!!!!!!!!!!!!!!*


- Ohhh putain c’est déguelasse !!!!!!…. J’ai les orteils dans la merde…  raaaaaaaaaa  je vomis tout de suite ou j’attends un peu ?  dis donc   c’est quoi comme animal qui a fait ce truc immonde ?    raaaaa   non mais non !!!! mais c’est  plus que dégueu !!!

Elle termina sa phrase sur un haut le cœur a la vison de sa tongue ensevelit par la matière, les orteils baignant dans la mixture. Son pied s’échappa laissant la chaussure encollé sur le sol.  Gin sautilla a la recherche d’un coin  de verdure pour enlever le maximum de dépôt.  Frottant son pied comme elle pouvait contre les feuilles d’abaca.   Elle trempa ensuite son pied dans   la flaque  ou Manoa s’était  rinçé cette même partie du corps quelques minutes avant. Gin releva la tête   et légèrement ronchon elle s’exprima.

- Bon allez c’est bon on y va …


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Jeu 24 Avr - 18:11

Taalaat hong kheep hu ?

Demandai-je dans un patois de ma langue. J’affichais un sourire béat, tendant ma main à la miss, histoire de lui faire comprendre que je l’invitais à poursuivre notre périple. J’avais une idée vague de ce que j’oserai lui faire découvrir, je me disais que d’y aller pas à pas serait un bon début.

Le sable avait fait place a un début de végétation, aussi en fin herboriste, je m’appliquais a partager mes connaissances, afin que Gin puisse elle aussi lire la nature tel que je le faisais. C’est comme ça que je lui montrai que certaines racines étaient non seulement comestibles, mais pleines d’eau; à l’inverse, d’autres, fourniraient de puissants poisons capables de tuer un homme adulte avec une seule goutte de sève.

Un début de sentier s’enfonçait dans la verdure, je laissai la sœurette contempler les alentours, lui lâchant la main, je m’éloigne de deux pas sans bruit, laissant la petite latino se faire lentement emporter par le début de spectacle qui s’offre à ses yeux.
Durant ce petit laps de temps, je fis le tour d’un arbre et grimpa le long de son tronc majestueux, la mousse recouvrait ses branches basses, je serrai fermement les cuisses autour de mon support et me mis en devoir de glisser le long, pas trop loin non plus, histoire qu’elle continue de supporter mon poids.

L’arbre était en fleur et je m’efforçai de tendre le bras au mieux pour chopper du bout des doigts une des plus grosses fleurs.

Ayé yéééééééééééééééééé !! Boumm !

Les quatre fers en l’air je venais de chuter de sept mètres au pied de Gin, en signe de victoire je lui tendis la fleur, fit un grand sourire.

Manoa n’a pas vu la marche.


Décidément, je devenais abruti et maladroit, d’abord l’hameçon et maintenant ça. Tu parles d’un grand aventurier. Ça allait se finir dans le plâtre avant le soir si ça continuait à ce rythme. De plus, j’imagine que ça ferai fuir, ma compagne de virée, a grande enjambée sans demander son reste et surtout que je ne la rappelle pas. Ca tu me diras ce n’est pas difficile, je n’ai pas de téléphone et encore moins de mobile. La première fois que j’en ai vu un je me demandais ce que c’était et avec ma poigne j’avais brisé la coque quand ce truc d’enfer avait vrombi sans prévenir.

Je m’attendais à ce que la miss éclate de rire après un tel fiasco, aussi après m’être relevé je lui demandais si elle était toujours partante pour poursuivre ce début d’aventure sur mon territoire ou du moins sur celui de « Georges de la jungle » vu mes prouesses.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gin Wilson
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
.·´F¤lle Hy$térique Perver$e`·.
avatar

Messages : 20917
Cash : 26127
Emploi/loisirs : Pilote d'hélicoptère
Statut : Célibataire indisponible
Localisation : Peut-être derrière toi ...
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Ven 23 Mai - 12:28


 A ses mots Gin, arqua un sourcil,  elle repensa a deux fois a ce qu’il venait de dire, pour enfin comprendre où il voulait en venir. Elle grimaça et n’hésita pas à lui tirer la langue pour s’être moquer de la situation dans laquelle sa tong s’était fourrée.  
Le périple reprit. Gin connaissait une partie de la forêt tropicale. Mais là ou l’entrainer Manoa, elle n’y avait jamais risqué un orteil, c'etait beaucoup trop dangereux même pour la tête brulée qu'elle était.
Le sentier n’était plus depuis longtemps et la végétation était plus dense, étouffante. En fin pédagogue, l’homme des bois  expliquait, comme il pouvait  et avec ses mots sorti de son jargon,  les merveilles de la nature... Et comme une enfant émerveillée, Gin le suivait  avide de connaissances comme de la compagnie  de ce grand bonhomme.

Elle  le regarda grimper  à l’arbre avec cette aisance particulière. Si elle devait faire la même chose, Gin ne gravirait pas deux mètre, et ce ne serait sans doute pas  l’énervement et les jurons  qui l’étoufferaient.  Mieux valait pour elle qu’elle évite de se ridiculiser une nouvelle fois.   Montant toujours plus haut, Manoa  rampa sur l’une des branches, Gin comprit alors la raison de tous ses efforts.  La plus grosses fleur se trouvait  à cette extrémité feuillue.


- Attention !!!!!

Les craquements sourds du bois se firent entendre, la branche se plia sous le poids de l’homme des bois. Le visage de Gin se crispa, se serait couillon qu’il tombe d’aussi haut pour une simple fleur…
La fleur dans ses doigts, la branche casse, et le grand bonhomme se retrouve au sol en un temps record. Pour un peu il  manqua de s’écraser sur la jeune femme, qui le voyant chutait  ne chercha pas à déployer se bras pour  amortir un minimum sa chute … non au contraire elle recula d’un mètre, le laissant  se vautrer honteusement.  Gin  n’eut  pas le temps de se préoccuper de lui et de lui demander si tout allait bien, qu’il leva la tête ainsi que la fleur. Elle se mit à rire  devant ce preux chevalier a l’allure Néandertalienne.
 

- Merci  grand prince !


Elle s’empara de la fleur, mais en fut plus ou moins enquiquiné. C’était le genre de flore assez imposante qui risquer de terminer  rapidement sur le sol.  Ce serait limite vexant si elle  devait s’en séparer aussi vite alors qu’il avait mis tout en œuvre pour  la lui cueillir. Gin glissa la tige dans ses cheveux à travers l’élastique qui les maintenait.

- Alors je suis comment ?
 S’exclama-elle tout en tendant la main vers Manoa.
Elle le hissa sur pied et lui tapota l’épaule.
 Rien de cassé au moins ?

Un sifflement se fit entendre suivit d’un froissement des feuilles et d’un craquement de brindille… et le rampant se montra  à leurs yeux.   Gin inspecta le reptile,   des serpents  c’était chose coutume…   tous n’étaient pas dangereux, encore fallait-il les reconnaitre. Celui-ci avec sa couleur vert fluo  ne lui inspirait pas confiance.

- Et ça  faut s’en méfier ou pas ?

Un rugissement  féroce  s’éleva  en même temps derrière eux…   le gros matou puma  se lécha les babines… le repas pour lui semblait être servi…

- -Oh putain on courtttttttttttttttttttttttttttttttttttt !!!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoa Tetehu

avatar

Messages : 1886
Cash : 8265
Age du personnage : 27
Emploi/loisirs : Pêcheur, chasseur
Statut : célibataire
Localisation : Dans les hauteurs de l'île sauvage
Date d'inscription : 23/03/2013

MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   Sam 13 Sep - 10:33

- Et ça  faut s’en méfier ou pas ?

Le serpent vert qui était sorti de l'ombre du feuillage épais de la jungle n'était autre qu'un mamba vert, étrangement cette espèce d'origine africaine s'était adaptée parfaitement au climat humide et chaud de l'île.  Leur présence ici, vient simplement du fait des bateaux qui venant d'Afrique faisait parfois escale sur l'île voisine, étant bon nageur cette charmante espèce s'était appropriée les coins les plus sauvages d'Isla.

Le spécimen qui se trouvait derrière la belle devait avoisiner les deux mètres, ce qui était déjà énorme pour ce reptile; son poison mortel encore dans ses crochets, était prêt a servir. Habituellement, le serpent aurait chassé des grenouilles, des lézards, des oiseaux voir d'autres serpents de petite tailles mais ici nous venions de pénétrer dans son territoire et il avait faim, il fallait agir rapidement tout en se déplaçant avec des gestes lents et mesurés.

J'attirai Gin vers moi en lui faisant comprendre qu'elle prenne toute ses précautions afin de me rejoindre. Le bras tendu vers elle, j'agrippai le bout de ses doigts, Gin se déplaça avec la plus grande des prudences comme si elle magnait une bombe. Quant elle fût à mes côtés, pas le temps de respirer, qu'un gros puma nous souffla dans les bronches toute sa véhémence.

- -Oh putain on courtttttttttttttttttttttttttttttttttttt !!!! me lança Gin, d'un geste je la stoppa net.

Le puma était trop agile et trop rapide pour pouvoir le semer dans cet environnement. Bien qu'il soit plus pataud qu'un guépard, ce gros matou pas du tout mité, pouvait atteindre une vitesse de croisière qui avoisinait les soixante à l'heure. Manoa, qui était certes un athlète  accompli, devait au mieux atteindre les trente à l'heure, dans une zone dégagée et sur une distance ridicule par rapport au fauve.

Les muscles tendu, genoux fléchis, bras écarté pour protéger la jeune femme, je réfléchissais à la meilleure façon de nous sortir de cette situation plus qu'épineuse. Tu parles d'une randonnée !

Ma priorité était de tout faire pour que ma nouvelle petite sœur reste de ce monde après une journée en ma compagnie, sinon je sentais que ma réputation d'homme des bois allait en prendre un coup et que la populace n'aurait d'autre idée que de me traquer pour me mettre en cage comme une bête.

Ma réponse avait tardé a venir et désignant le serpent du menton m'adressait enfin à Gin.

- Lui être, Mamba vert, très difficile a voir dans feuilles, lui mordre, toi mourir.  En plus, lui savoir grimper dans arbres, aller dans eau, lui rapide.

Tout pour rassurer la miss... Bienvenue sur l'île aux mille morts possibles et imaginables. Tournant la tête vers le matou qui se rapprochait de nous à pattes feutrées.

-Lui être Puma, lui pas d'ici normalement.

Le gros chaton tout en muscle qui nous faisait face était un mâle qui devait peser dans les cent vingt kilos. J'ignorai comment agir avec ces deux menaces simultanées.

Quand Manoa te dira, toi courir vers plage, sans te retourner, Manoa se débrouiller. Si toi pas voir Manoa demain sur plage, ne revient jamais sur île.

N'accordant pas le moindre intérêt pour le Mamba, je me jetai dans un cri sur le fauve, "MAINTENANT !!! ", j'espérai que Gin puisse rejoindre la plage au plus vite.

Le puma lui me griffait déjà les bras de ses pattes puissantes, rugissant de colère ses crocs visant mon cou pour me donner le coup de grâce, le puma n'avait pas vu le mamba qui lui ne voyait cette situation que comme un étranger supplémentaire sur son territoire.

Le gros chat se déchainait sur moi, il avait réussi à me plaquer le dos au sol je cherchai du regard  la mort verte qui devait continuer de glisser sur le feuillage épais de la jungle, mais rien, ma position n'était pas des plus réjouissante, mon seul leitmotiv c'était Gin, pourvu qu'elle soit saine et sauve, pourvu que...

Le fauve venait de planter ses crocs dans mon épaule. Mon sang chaud lui remplissait la gorge et je senti sa langue me lécher à l'endroit de la plaie comme pour recueillir, le bon jus d'un fruit bien mure.
Merde, ça ne pouvait pas finir ainsi ! Mes forces commençait à m'abandonner et bien que je donnai de puissant coup de poing de mon bras valide dans l'estomac du fauve rien n'y changeait. Combien de temps s'était écoulé depuis le début de l'affrontement ? Cinq, dix, vingt minutes ? Et Gin ? Où était elle ? en sécurité ? Mon esprit était de plus en plus embrumé, j'étais donc un repas de plus pour cette force de la nature. De rage de mourir aussi bêtement je réunissais mes toutes dernières forces pour décocher un coup de poing magistral dans les côtes de l'animal, lui brisant au moins une côte sur mon coup de bélier, le puma relâcha l'étreinte un instant, me permettant de dégager une jambe de sous son poids, je voulu nous faire rouler sur le sol mais la bête en décida autrement et enfonça de nouveau ses crocs dans ma plaie ensanglantée. J'hurlais de douleur avant de perdre connaissance.

Le mamba lui, venait de planter ses crochets dans la fourrure épaisse de mon agresseur libérant toute la dose qu'il avait en sa possession. L'étreinte du puma s'était relâchée et quand j'ouvris de nouveau les yeux, seul son corps inanimé et les étoiles a travers le feuillage étaient présents.
La première pensée fut pour Gin.

Petite sœur ?

Le mamba avait disparu et pas de longue chevelure d'ébène à l'horizon, me redressant en grimaçant de douleur, je regardai ma plaie, ça n'avait pas l'air très beau, encore heureux que la peine ombre cachait les dégâts.

Je me souvenais de mes paroles et mon seul salut serai de rejoindre la plage en espérant ne pas croiser le cadavre inerte de la belle en route. Mon cœur se fit plus léger, quand je vis des traces de pas dans le sable, venant de la jungle, qui se dirigeaient vers la civilisation. Elle est en vie ! Un sourire éclaira mon visage, comme le faisait la Lune sur mon corps en charpie. Je m'effondrai de nouveau à terre en bordure de plage. La nuit m'enveloppa pour m'emmener dans les bras de Morphée.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vadrouille et rencontre ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vadrouille et rencontre ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La grande vadrouille
» Vadrouille en aveugle [PV Ao]
» En vadrouille
» Alex part en vadrouille (ou pas ?)
» Une dérision peut parfois devenir une passion. [Feu Follet]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Isla Novela :: 
Heavenly
 :: Friche Heavenly :: Forêt Tropicale
-