Partagez | .
 

 On se repent toujours de parler mais jamais de se taire. [Abigail]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Mason
Poor Little Rich Girl

Poor Little Rich Girl
avatar

Messages : 647
Cash : 1534
Emploi/loisirs : Femme à tout faire
Statut : Célibataire
Localisation : Retourne-toi !
Date d'inscription : 05/04/2014

MessageSujet: On se repent toujours de parler mais jamais de se taire. [Abigail]   Ven 3 Oct - 16:53

Lily se brûlait les ailes. C'était un feu dévorant, passionné, qui mangeait tout sur son passage. Les ailes de Lily, il n'en restait que des plumes calcinées, emportées par le vent, balayées comme si elles n'étaient rien. Se brûler les ailes pour mieux prendre son envol. C'était ce que son esprit lui disait, ce qu'il lui dictait, mais elle savait que ça n'était qu'une excuse. Une excuse pour chasser sa peur, son inquiétude, ses doutes. Et cela ne faisait que les renforcer. Au fond, peut-être que venir à Isla Novela n'était pas une si bonne idée ? Si la jeune femme avait écouté son père, elle aurait été en train de travailler, dans sa chambre, avec en bruit d'arrière-fond les discussions animées de ses parents. Elle serait devenue avocate, ou médecin, elle se serait mariée avec un beau jeune homme riche, et elle aurait eu des enfants. C'était ainsi que sa vie aurait dû être si elle était restée à Londres, mais non, il fallait que tout soit balayé par une déclaration du médecin. Et les objectifs de son géniteur.

Elle ne l'avait jamais revu depuis sa fugue. Même pas en photo. Sa mère restait au contraire toujours en contact avec elle, mais ses lettres devenaient rares, et ses chèques aussi. Lily restait perplexe, elle songeait aux moyens que devait utiliser son père pour empêcher aux lettres d'arriver à destination. Mais une fois la frontière franchie, il n'y pouvait plus rien. Et cette conviction profonde parvenait à arracher un sourire à la jeune femme, qui imaginait son paternel en proie à une crise de rage. Et pourtant, sa pauvre mère était restée là-bas, n'avait pas voulu la suivre, et vivait toujours un enfer. Encore pire que si elle était restée.

Mais Lily s'était brûlé les ailes. Elles s'étaient consumées, le feu les avait léchées jusqu'au bout, jusqu'à la fin. Ça n'était pas le moment de penser à sa famille. Elle ouvrit son frigo, avant de rencontrer un vide intersidéral. À part un ou deux yaourts périmés et une brique de lait, il n'y avait plus rien. L'heure était aux courses ! La jeune femme attrapa mollement son sac à main et se mit en route vers le centre commercial, encore ouvert à cette heure. Il n'était que 20h, mais la plupart des boutiques étaient fermées. Bref, Lily marchait tranquillement dans les rues d'Isla Novela, en direction du supermarché.

Une fois arrivée, elle entra et saisit un panier. Elle devait se dépêcher. L'avant-veille, elle avait commandé des pizzas, et il était temps de changer de menu. Elle n'avait pas de temps à perdre. Malgré tout, elle resta béate d'admiration devant un stand de bijoux dont la lumière se reflétait au plafond, une myriade d'étoiles argentées. Son estomac gargouilla pour la rappeler à l'ordre, et elle se dirigea en vitesse vers le rayon des produits frais. Au détour d'une rangée de quiches surgelées, elle percuta de plein fouet une jeune femme qui n'avait, soit-dit en passant, rien demandé. Lily retomba sur ses fesses, son panier se déversa sur le sol et elle resta un moment ainsi, main sur sa joue douloureuse, les quatre fers en l'air. Elle reprit ses esprits et ramassa les conserves qui s'étaient étalées par terre, puis jeta un coup d’œil à l'inconnue avant de décider qu'elle n'avait pas de comptes à lui rendre. Cependant, parce qu'elle lui en voulait quand même, elle assena :

« Vous auriez pu faire attention ! Je ne suis pas la seule en tort. J'étais distraite. Mais faites gaffe quand même... »

Elle décida aussi qu'elle n'allait pas continuer à se frotter de trop près à cette jolie brune, sinon ça allait vite dégénérer. Elle plissa sa jupe d'une main, déjà debout, et prête à repartir. Même si elle attendait quand même une réponse.


Celui qui croit savoir n'apprend plus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

On se repent toujours de parler mais jamais de se taire. [Abigail]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» «Suis toujours ton coeur, mais prends ton cerveau avec toi» || Hippo
» Amber - On peut m'adoucir, mais jamais me dresser...
» Y penser, toujours. En parler, jamais. Christiane.
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ϟ Pabo
» Une amitié que le vent couche, mais jamais ne déracine. [Casey-Lee]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Isla Novela :: 
Isla Novela
 :: Espace Haleakala :: Centre Commercial
-